BIOGRAPHIE

A l’âge de six ans, Alain alias désormais DJ John John, découvre la musique. De formation classique, solfège/harmonie, il apprend le saxophone qu’il pratiquera pendant 15 ans, passant par l’école de musique de la Source à St Denis de la Réunion et terminant son parcours au conservatoire de Dijon.
Dès 15 ans, ce passionné de musique, sera attiré par les platines et, en 1986, en vacances à la Réunion, il bénéficiera de la gentillesse du résident de l’époque, DJ AL1, pour s’essayer à l’art du mix sur les MK2 de la légendaire « Locomotive ».
Reconnu des nuits et clubs dijonnais, il passera plusieurs années dans un univers musical New Wave avant de fréquenter comme simple clubber « L’Anfer », berceau de soirées où la house et la techno remplaçaient peu à peu déjà les sons électros des New Order et autre Dépêche Mode. « Voir Laurent Garnier à la tête de l’électro française et au commande des soirées « Wake Up ! » ça faisait rêver… » remarque en souriant ce DJ qui, au milieu des années 90, observera aussi avec attention les sets des plus grands DJ dans les hauts lieux de la nuit parisienne, Bains/Palace/Queen… Mais avec le temps, la vie et ses obligations l’éloigneront des platines durant près de 15 ans !
C’est à la Réunion qu’il retournera à la musique et va rapidement accéder aux platines de diverses soirées bien prisées. En 2013 cette aventure donnera naissance à TechnoLab. Cette passion pour la musique le fera voyager vers Madagascar pour y jouer au Neptune, et vers l’île Maurice et l’Afrique du Sud où il assistera aux trois premières éditions de l’Ultra Music Festival à Johannesburg et Capetown et à l’extraordinaire soirée « White Sensation Martin Garrix in Mauritius » ; ce sera ainsi pour lui autant de lieux que de sources d’inspiration musicale…
Depuis 3 ans, les soirées « IN MY HÔUSE » sont devenues incontournables, le premier vendredi de chaque mois, au ÔBar. Il officie aussi de manière privilégiée sur le Whisky Live et L’Expérience de la Maison du Whisky, ainsi qu’au 144 et pour des soirées « Private ».
Marqué par l’esprit house-clubbing du Ministry of Sound et du Hed Kandi, John John distille ses sets, mélange de House/Deep House, électro ou EDM, aux sons propres et efficaces ; et c’est sans prétention que ce « vieux DJ » (comme il aime à en plaisanter) avoue en privé : « Si je mixe c’est pour mon plaisir, mais ce plaisir n’est pas que celui de la musique car je peux me faire un set privé à la maison quand j’en ai envie; non, ce plaisir c’est surtout celui de voir les sourires de celles et ceux qui viennent partager des moments d’exception avec TechnoLab, et là alors… ça envoie du lourd !!! »